Avec les frères Bouroullec, le design se met au service de la ville

Avec les frères Bouroullec, le design se met au service de la ville

Les designers Ronan et Erwan Bouroullec, mondialement reconnus, « tentent d’améliorer la qualité de vie dans les villes ». A Rennes, quatre expositions leur sont consacrées.

A quoi ça sert, le design ? S’il fallait trouver une réponse, les designers Ronan et Erwan Bouroullec la donnent avec brio à Rennes, où sont inaugurées, jeudi 24 mars, quatre expositions qui leur sont consacrées aux Champs libres, au Fonds régional d’art contemporain (FRAC) et au Parlement de Bretagne. En jouant « à domicile », ces natifs de Quimper n’ont pas seulement choisi de montrer l’étendue de leur talent – déjà reconnu internationalement – dans la création d’objets du quotidien depuis la fin des années 1990. Ces quadragénaires bardés de récompenses font aussi des propositions inattendues pour habiter la ville autrement (à la façon du maestro italien Andrea Branzi), ce qui sonne comme un tournant majeur dans leur carrière.

Du croquis jusqu’au prototype

« Tenter d’améliorer la qualité de vie dans les villes, qui sont dures pour les citadins, c’est un sujet sur lequel on ne nous attend pas, reconnaît Ronan Bouroullec. Toutefois, là où nous avons été meilleurs, c’est quand on est venu nous chercher sur des terrains où l’on n’allait pas naturellement. Je ne me sentais déjà pas légitime quand Vitra nous a demandé un mobilier de bureau et pourtant, ainsi est né en 2000-2002 le Joyn, première plate-forme de travail avec des prises intégrées. Ne pas être spécialiste est intéressant pour défricher et tomber juste, grâce à une forme de naïveté ?! »
Les quatre expositions se picorent comme un parcours à travers la ville. Au FRAC, la « Rétrospective?» n’en a presque que le nom. Une centaine d’objets est présentée sur des étagères…
Author : Véronique LORELLE pour http://www.lemonde.fr/

bb

Image : Jardin flottant avec cette toiture de modules « nuages », aux alvéoles remplies de terre, « Rêveries urbaines », Les Champs Libres, 2016 | Studio Bouroullec