Bienvenue dans une société de créateurs

La créativité est une valeur qui a le vent en poupe dans l’Hexagone, mesurée sur la longue période (1975-2015), elle apparaît même comme une véritable tendance de fond, et non comme une mode passagère. C’est ce que montre l’enquête SOCIOVISION pour HP. Traditionnellement pratiquée dans un cadre privé (les loisirs), elle est en train de devenir un pilier central de la société qui émerge aujourd’hui.

En 1980, 50% des Français déclaraient « avoir une grande confiance » dans leurs « capacités à créer » et dans leur propre « imagination ». Aujourd’hui, ils sont 65% à l’affirmer. Ce bond de quinze points traduit un changement majeur dans la façon dont nos concitoyens appréhendent leur mode de vie. Et les 25-34 ans sont au cœur de cette dynamique. En effet, 75% d’entre eux estiment qu’ils ont le potentiel de créer.

Derrière ces chiffres, s’affirme une mutation de long terme : les Français accordent une importance croissante au fait de créer et concevoir eux-mêmes. Cette valeur est de plus en plus présente dans le cadre privé (loisirs créatifs, bricolage, cosmétiques auto-produits, pratique de la photo, de la vidéo, de l’informatique, de la cuisine…) mais pas seulement. On la retrouve de plus en plus dans la sphère professionnelle, à l’image de l’esprit « start-up » qui se diffuse aujourd’hui au sein des grandes entreprises, et dans la vie quotidienne. Désormais on veut de plus en plus personnaliser ce que l’on fait ou ce que l’on consomme.

Rémy Oudghiri, DGA de l’institut Sociovision le constate : « On a beaucoup parlé de notre époque comme celle des consommateurs « experts ». C’est tout à fait vrai. Mais il faut ajouter aujourd’hui que nous entrons de plus en plus dans une période où les consommateurs auront envie de créer. C’est une question d’accomplissement personnel. Une dimension déjà visible aujourd’hui et qui le sera de plus en plus. Il y a quelques années, on évoquait le rôle des « créatifs » en publicité, dans les entreprises, dans le sport, etc. Aujourd’hui, le mouvement est plus large : il faudra désormais compter avec les « créateurs » de la vie quotidienne». Cette envie de créer passe, entre autres, par l’apprentissage et l’acquisition de techniques et de compétences. L’enquête Sociovision pour HP (*) confirme que jeunes et moins jeunes ont -ouf- envie d’apprendre. Elle identifie les trois principaux leviers de ce désir de créer.

Ne plus seulement comprendre, mais s’approprier

Dans un monde où l’innovation technologique est une réalité quotidienne et où l’on assiste à une démultiplication des nouveautés et des informations, nos compatriotes se contentent de moins en moins d’en être les spectateurs. Finie la passivité, ils veulent aussi être des acteurs. Une proportion croissante d’entre eux veut pouvoir maîtriser les instruments du nouveau monde. 45% disent ainsi « avoir besoin de s’approprier physiquement les choses » et pas uniquement de « comprendre leur fonctionnement ». Ce chiffre est majoritaire chez les moins de 35 ans, traduisant le souhait de la jeunesse d’être partie prenante des évolutions en cours.

Ne plus seulement être un disciple, mais devenir un maître

Être plus créatif implique aussi de développer des compétences pour faire soi-même et se donner les moyens de progresser. Ainsi 75% des Français affirment que, dans les années à venir, ils feront leur possible « pour rester au maximum de leurs compétences et pour en acquérir de nouvelles ». Mais il faut apprendre vite si possible, car les connaissances se périment rapidement de nos jours : 71% pensent « qu’aujourd’hui, pour réussir dans la vie, le principal c’est de savoir apprendre vite ». De fait, c’est déjà le cas pour 51% d’entre eux qui disent « consacrer beaucoup de temps à apprendre en permanence de nouvelles choses ».

Être capable de sortir du cadre

Pour être pleinement créatif, il faut non seulement acquérir des compétences mais il faut également être capable de s’en émanciper pour inventer des choses qui nous sont personnelles. En d’autres termes, être plus créatif exige de ne pas suivre aveuglément les règles et les usages en vigueur et d’explorer de nouvelles voies. Une large proportion de Français y est préparée. Pour 61%, il faut savoir « se trouver des combines » pour avancer dans la vie. Et un Français sur deux dit « essayer des choses même si cela risque de ne pas marcher ».
Et pour en savoir plus sur la créativité , rendez-vous le 2 juin pour la sortie du Numéro 14 de la revue INfluencia consacrée à… la créativité.

(*) Pour ces analyses HP s’est appuyé sur les données collectées en 2014 à travers l’Observatoire des Français de SOCIOVISION. Depuis 1975, celui-ci interroge chaque année un échantillon représentatif de 2000 Français âgés de 15 à 74 ans sur de très nombreuses dimensions : valeurs, opinions, état d’esprit, loisirs, modes de consommation, etc.

Author : ISABELLE MUSNIK [Elle est la fondatrice, directrice générale et directrice des contenus et de la rédaction de INfluencia, lancé en 2004. De nationalité française et britannique, et journaliste économique de formation, elle a démarré sa carrière à l’Expansion et à la Vie Financière. Elle a été éditrice de CB News de 1986 à 2003. Également rédactrice en chef du Guide du Luxe, elle est aussi l’éditrice du Gunn Report for Media qui met en lumière l’innovation média et son efficacité]

Illustration de entête de l’article : Javier Perez