Accueil » Revue de presse » Concours Innovation 2030 : 16 futurs champions de l’innovation sélectionnés

Concours Innovation 2030 : 16 futurs champions de l’innovation sélectionnés

Les seize lauréats de la phase 2 du concours mondial de l’innovation 2030 viennent d’être désignés par le président de la République François Hollande, en présence de Ségolène Royal. Seize lauréats pour autant de projets très innovants pour lesquels le programme Innovation 2030 veut accélérer la mise sur le marché de leur produits.

Dans le cadre de la commission Innovation 2030 présidée par Anne Lauvergeon a été organisé un concours mondial d’innovation dont les 16 lauréats ont été dévoilés le 28 avril. Le concours a pour objectif de faire émerger les talents et futurs champions de l’économie française. Ils recevront, français et étrangers, un soutien public à hauteur de 2 millions d’euros maximum. Les seize lauréats récompensés le 28 avril 2015 succèdent à une première sélection de 110 projets innovants qui avaient déjà bénéficié d’aides de l’état. La troisième phase permettra ensuite de soutenir une ultime sélection de projets dans leur phase d’industrialisation et de mise sur le marché. Par ailleurs, une seconde édition du concours s’ouvrira en septembre prochain avec pour thématique la sécurité.

Sept secteurs stratégiques avaient été identifiés en avril 2013 par la commission Innovation 2030. Le stockage de l’énergie ; le recyclage des métaux ; la valorisation des richesses marines ; les protéines végétales et la chimie du végétal ; la médecine individualisée ; la silver économie et l’innovation au service de la longévité ; la valorisation des données massives (Big Data).

Les 16 lauréats sont :

Stockage d’énergie :

Iten : créé en 2011, la start-up travaille sur un nouveau procédé de fabrication permettant la réalisation de micro-batteries en couches minces, entièrement solides sous forme de composants CMS. Le potentiel des micro-batteries à horizon 2017 est estimé à 2 milliards de dollars.

Ergosup : Ergosup développe une technologie innovante et brevetée de stockage et de conversion d’électricité en hydrogène, qui s’appuie sur l’électrochimie du zinc.

Valorisation des richesse marines :

Technip : Le consortium Fonasurf formé par Technip, Comex et DCNS vise à concevoir un système complet pour l’exploitation minière en eaux profondes, du FONd A la SURFace (Fonasurf)

Adionics : La technologie AquaOmnes développée dans le cadre du projet Impulse’Ao porté par Adionics, spécialisé dans le développement d’écotechnologies dans le domaine du traitement des eaux salines, apporte une solution de rupture pour le dessalement de l’eau de mer. Elle est basée sur l’extraction de sels de l’eau par voie liquide, pour diviser par deux les coûts du dessalement d’eau de mer.

Protéines végétales et chimie du végétal :

Avril : Le projet Avalon, porté par Avril, acteur industriel et financier des filières des huiles et protéines, contribuera à développer la valeur et les volumes des productions oléo-protéagineuses métropolitaines, par une diversification et un enrichissement de l’offre de protéines végétales établie d’après les besoins des marchés utilisateurs.

Ynsect : Ynsect utilise les insectes pour convertir la biomasse et transformer ces insectes en composants d’intérêt pour les secteurs de la nutrition et de la chimie verte.

Tereos : Le projet G EN VIE (Goût et équilibre nutritionnel pour une nouvelle viande végétale) contribue à mettre au point des analogues de viande à base de protéines de blé et d’ingrédients complémentaires afin d’atteindre un profil nutritionnel et organoleptique de haut qualité à coûts modérés. A l’issue du projet, des lignes industrielles opérationnelles produiront les analogues de viande à hauteur de 1 000 kg/h.

Médecine individualisée :

OsseoMatrix : OsseoMatrix conçoit et produit des implants biocéramiques sur mesure pour compenser les pertes osseuses cranio-maxillo-faciales, dentaires et orthopédiques. Le projet 3DprintOs permet le traitement des pertes osseuses avec de l’os minéral de synthèse réalisé sur mesure.

Picoseq : La jeune entreprise de biotechnologie développe des technologies pour l’analyse génétique et épigénétique de l’ADN et de l’ARN comme Simdeq (SIngle-molecule Magnetic DEtection and Quantification) dont le but est la détection précise, rapide et à faible coût des marqueurs épigénétiques à l’échelle d’une molécule d’ADN. En régulant l’activité de nos gènes, ces marqueurs fondamentaux deviennent un enjeu majeur de la médicine personnalisée.

Généthon : L’objectif du programme IGT consiste à mettre en place un procédé générique de production de vecteurs de thérapie génique lentiviraux en conditions industrialisables. Ce procédé devra permettre des montées en échelle jusqu’à plusieurs centaines de litres de milieu de culture, être robuste, reproductible, transférable en conditions de Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF), et permettre des économies d’échelle.

Silver économie :

H4D : La société spécialisée dans la conception et la fabrication de solutions de télémédecine a pour objectif le développement d’une cabine de télésanté robotisée à destination des seniors, qui permettra de mieux coordonner la prévention, le dépistage et le suivi des maladies chroniques ainsi que la détection de la fragilité.

Plugmed : PlugMed développe des connecteurs ostéo-intégrés transférant des fluides ou de l’électricité à travers la peau de façon sûre. Le projet Geroneph vise à développer un connecteur reliant un rein artificiel externe à l’intérieur du corps avec un risque infectieux faible.

Big Data :

C-Radar : C-Radar, fondée en juillet 2011, ambitionne de devenir un leader international dans le domaine du marketing prédictif B2B et de l’information d’entreprise.

Macloyd : La start-up met au point une solution Big Data pour le sport professionnel, basée sur la récupération de données grâce à des capteurs innovants portés par les joueurs, des algorithmes de Machine Learning et un traitement massif de la donnée et sa restitution.

Multipositing : Le projet SmartSearch a pour objectif de développer un moteur de recherche de l’emploi, nouvelle source de données qualifiées pour les recruteurs, les candidats et les décideurs. Il permettra de coupler les données publiques sur l’emploi avec celles de bases d’entreprises pour les valoriser au travers d’applications uniques d’aide à la décision.

Snips : la société spécialisée dans les algorithmes d’intelligence artificielle développe une interface intelligente pour smartphone permettant de rapidement trouver et d’accéder aux services que proposent les applications, en fonction du contexte de l’utilisateur.

Author : Philippe PASSEBON pour Industrie & technologies