Dyson gagne encore son pari de l’innovation

Dyson gagne encore son pari de l’innovation

Les ventes du britannique ont progressé de 9,5% en 2014. Ses aspirateurs sans fil devancent désormais les modèles traîneaux.

L’inventeur de l’aspirateur sans sac, Dyson, poursuit sa marche en avant. Son pari : le haut de gamme dans un marché en pleine déflation. Et ça paie ! Malgré des prix pour ses aspirateurs, deux à trois fois plus élevés que ses concurrents, le britannique a vu ses ventes progresser de 9,5 % en 2014, à 1,3 milliard de livres sterling (1,7 milliard d’euros). Le résultat net s’est envolé de 41 % pour atteindre 113 millions de livres.

L’innovation reste au cœur de la stratégie. «Nous avons augmenté notre budget R&D de 40% en 2014 et dépensons 3 millions de livres sterling par semaine afin de développer notre expertise dans des nouvelles catégories, précise James Dyson, le fondateur, à la tête du département recherche. Notre technologie est notre avenir ». La preuve : ce sont les aspirateurs sans fil, que Dyson a lancés en 2011, qui ont tiré sa croissance l’an dernier. Leur vente a bondi de 68 %, pour un prix entre 350 et 500 euros. Alors que les autres fabricants d’électroménager en proposaient depuis longtemps, le groupe, avec son modèle plus léger et maniable, a su conquérir les consommatrices, y compris en Chine. Son moteur numérique Dyson V6 (les premiers ont été lancés il y a 15 ans) en fait « le plus puissant du marché », selon la société. Désormais, les sans fil se vendent plus que les aspirateurs traîneaux.

Une hausse des capacités de production

Autre levier de croissance : la gamme Dyson Air Multiplier, le premier ventilateur sans pales du marché, dont les ventes ont progressé de 20% en Asie. Le britannique parie aussi sur son humidificateur, qui fait un carton au Japon. Le produit a été lancé jeudi en France. Le Japon est le second marché de Dyson, derrière les Etats-Unis, et devant le Royaume Uni.

Pour maintenir son avance, Dyson avait annoncé l’an dernier un investissement de 1,5 milliard de livres pour agrandir ses laboratoires, et son siège à Malmesbury. Les travaux sont en cours.A Singapour, où se trouve le site de fabrication des moteurs, 160 millions de livres sterling ont été injectées. Ce qui a permis l’ajout de quatre nouvelles lignes de production. Et va permettre de porter la capacité de production à 11 millions de moteurs par an.

Author : Dominique CHAPUIS pour Les Echos

030920151115

Vignette de l’article : Le fabricant britannique d’électroménager

a augmenté de 40 % son budget recherche l’an dernier.

Crédit photo : REX Shutterstock/SIPA