#Innovation : 55% des Français sont en attente de produits rupturistes

Tous les six mois, l’équipe « stratégies » de MediaCom publie une étude sur un sujet porteur. Après s’être intéressée au premium, aux seniors et au bouche-à-oreille, place à l’innovation avec les résultats de ce nouvel opus dévoilés en avant-première sur Maddyness.

Aujourd’hui l’innovation est partout, tant et si bien que le mot a fini par perdre de son sens. Qu’est-ce qui est considéré comme innovant de nos jours ? Pourquoi l’innovation est-elle un levier stratégique pour les entreprises à l’heure où la course à la disruption laisse les plus inaptes au changement sur le bord de la route ? En quoi l’innovation est-elle un facteur de différenciation ? Autant de questions adressées par le département « stratégies » de l’agence media MediaCom qui a décortiqué le sujet pour cette quatrième étude baptisée « Go Innovation ».

Basée sur des terrains exploratoires réalisés auprès de consommateurs et de responsables marketing et communication parmi les clients et partenaires de l’agence, l’étude balaie les préconçus. « Non, l’innovation n’est pas un mot magique ni un mythe inaccessible, estime ainsi Corinne Pessus, CEO de MediaCom, il n’existe pas non plus de modèle unique d’innovation à appliquer : elle peut revêtir des formes variées et servir le développement d’une entreprise de différentes manières. »

****

Chaque mot ou phénomène à la mode – quand bien même il existe depuis des années – drague toujours son lot d’idées reçues. Concernant l’innovation, l’agence en a retenu cinq :

Idée reçue n°1 : il existe une cible unique appétante à l’innovation. Les femmes sont aussi nombreuses que les hommes à acheter des produits innovants et ni la catégorie socioprofessionnelle ni l’âge ne sont des critères pertinents permettant une segmentation de la population tant l’innovation attire aujourd’hui tout le monde.

Idée reçue n°2 : l’innovation est réservée au secteur high-tech. Avec 30% de citations spontanées, Apple est considérée comme la marque la plus innovante, mais 24% des répondants n’ont pas identifié de marque en particulier comme innovante. Pour un Français sur deux, l’innovation n’est également pas forcément technologique puisqu’elle est un critère de choix dans d’autres secteurs comme la décoration, le prêt-à-porter, le sport…

Idée reçue n°3 : L’innovation est forcément plus chère. Pour 8 Français sur 10, c’est en effet le cas mais les avis sont plus partagés quant à la justification du prix à l’achat : seul 1 Français sur 2 serait prêt à payer plus cher pour le bénéfice supplémentaire apporté par l’innovation.

Idée reçue n°4 : l’innovation ce n’est que du marketing et de la com’. Plus de la moitié des Français considère que l’innovation n’est pas que du marketing ou de la communication et chez les 39-65 ans, ils sont même 58% à le penser, une tendance encore plus forte chez les CSP+ (60%) Les 25-34 ans apportent tout de même une nuance : ils sont 52% à penser que l’innovation n’est que marketing. 7 Français sur 10 reconnaissent tout de même une logique mercantile à l’innovation, et l’associent à une technique pour vendre plus.

Idée reçue n°5 : l’innovation est nécessairement une rupture. 55% des Français attendent des produits rupturistes. Pourtant, ils sont 55% à considérer que les innovations que les marques mettent sur le marché sont essentiellement des versions améliorées de l’existant. Ces résultats invitent les marques à proposer davantage de rupture mais ils font également état d’un déséquilibre entre l’offre disponible et les attentes des Français.

****

On sait ce que l’innovation n’est pas, mais qu’en est-il de sa définition ? Pour MediaCom, c’est « une rencontre entre une dynamique d’entreprise et un public, offrant à ce dernier un bénéfice manifeste à un instant donné. »

L’innovation est synonyme de nouveauté, mais aussi de progrès, et repose sur trois piliers : c’est une dynamique interne à l’entreprise, une volonté commune d’exploration et d’échanges, c’est une proposition qui apporte un bénéfice évident au consommateur, enfin elle requiert de s’inscrire dans une culture consommateur et donc d’être mise en avant par le biais d’un dispositif de communication.

L’innovation est également protéiforme. Il en existe d’ailleurs trois types, de la plus impliquante à la plus facilement substituable : l’innovation inscrite dans un projet d’entreprise à la manière de Décathlon ou Blablacar, l’innovation liée à l’offre où les exemples sont pléthoriques, et l’innovation centrée sur la communication comme Dove qui a su trouver le ton juste pour s’adresser aux femmes ou Lacoste qui a créé une campagne Vine avec la star de ce format ultra-court : Zach King.

Globalement, les Français sont friands d’innovation. Ils sont même 92% à se tenir informés à ce sujet. Une donnée qui a son importance lorsqu’ils passent à l’acte et dégainent leur carte bancaire. Dans le secteur high tech, 74% de consommateurs considèrent ainsi l’innovation comme un critère de choix important au moment de l’achat, suivi par l’automobile (62%), l’électroménager (50%), les sports et loisirs (41%), le food (35%) et l’hygiène-beauté (25%).

Author : Anais RICHARDIN pour Maddyness

150920151550