La région Ile-de-France coupe les ailes au Lieu du design

La région Ile-de-France coupe les ailes au Lieu du design

Le Lieu du design, créé par la région Ile-de-France, est victime d’un plan d’économies décidé par la nouvelle majorité. Depuis 2009, ses expositions avaient pourtant su toucher le grand public et les professionnels.

La captivante exposition Impression 3D, l’usine du futur, à voir jusqu’au 9 juillet 2016, sera-t-elle la dernière organisée par le Lieu du design ? La région Ile-de-France, avec à sa tête Valérie Pécresse, a choisi de l’amputer de 85 % de ses ressources [42% après vérification – NDLR]. La nouvelle majorité lance un sévère plan d’économies, assorti d’un changement de priorités. Les transports, les lycées, l’enseignement supérieur, le développement économique et la sécurité sont à la hausse. Les dépenses de fonctionnement, d’investissement pour l’administration régionale, de communication et d’aides aux organismes associés sont à la baisse.

Le Lieu du design, créé par la Région en 2009, est rattaché à la vice-présidence chargée de l’économie et non à la culture. Il fait donc partie des sacrifiés. Terminé les expositions et les conférences, seul subsistera l’accompagnement des entreprises et des designers. En montrant les applications concrètes du design industriel et du graphisme, le Lieu du design avait pourtant trouvé sa place dans une ville qui se veut capitale des industries créatives.
« Nos expositions ont beaucoup d’écho dans la presse, plaide Stéphane Simon, son directeur. Elles reçoivent toujours de nombreux visiteurs. En 2014, Tramway, une école française a été un énorme succès public et professionnel. Plus de trente délégations étrangères sont venues la voir. Alstom et la RATP l’ont utilisée comme vitrine pour promouvoir à l’étranger le savoir-faire français en matière de tramway. Quant à Impression 3D, l’usine du futur, elle est en passe de battre tous les records de fréquentation. » Le Lieu du design devait participer à une grande exposition sur le designer Roger Tallon à l’automne prochain, conjointement avec le musée des Arts décoratifs. Il est contraint de renoncer.

La décision de la Région – qui n’a pas souhaité répondre à nos questions – tombe d’autant plus mal que de grandes villes européennes misent sans hésiter sur le design : Milan relance sa Triennale avec d’énormes moyens intellectuels et financiers, pendant que le Design Museum de Londres triplera en novembre sa surface d’exposition. Mais Paris et la France restent à la traîne.

Entre 2012 et 2014, Arnaud Montebourg, ministre de l’industrie, et Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, avaient bien compris l’enjeu culturel et économique du design, mais leurs successeurs n’ont pas poursuivi le travail. Ce n’est pas seulement le Lieu du design, mais d’autres institutions, comme L’Observeur du design, qui sont aujourd’hui menacées. « On est en train de retourner quarante ans en arrière », se désole Stéphane Simon. Allons-nous revenir à l’époque où même l’anglicisme « design » était banni par les autorités publiques ?

Author : Xavier DE JARCY pour TELERAMA

Vignette de l’article : Le Lieu du design à Paris – Photo : CALQ Architecture