Accueil » Revue de presse » Officiel : la French Tech finalement en Alsace

Officiel : la French Tech finalement en Alsace

Miracle à New York ! La mission French Tech a annoncé que la candidature de Strasbourg – Mulhouse est finalement labellisée.

Les métropoles récompensées sont Brest+ (Brest, Morlaix, Quimper, Lannion), Normandie (Caen, Le Havre et Rouen), Lorraine (Metz, Nancy, Thionville, Epinal), et la Côte d’Azur (Nice, Cannes, Grasse, Sophia-Antipolis), ainsi que quatre « écosystèmes thématiques » dont l’Alsace, mais aussi Avignon, Saint-Étienne et Angers. Les performances de Strasbourg dans le domaine médical lui valent une distinction, ce qui veut aussi dire que dans les autres secteurs de l’économie numérique, l’Alsace a encore du retard sur les autres métropoles primées.

Une nouvelle catégorie

Cette annonce après minuit heure française, soit peu après 18h à New York où la French Tech organisait une conférence, met fin à une bien longue journée de doute pour tous les candidats. Mardi 23 juin en fin de journée, le site du magazine Challenges indiquait que 5 villes seraient labellisées et éventuellement le dossier lorrain. Une liste où ne figurait pas le « pôle métropolitain Strasbourg – Mulhouse ». Des affirmation justes, mais qui ne tenaient pas comptes de ces « écosystèmes dynamiques », une catégorie qui n’existait pas jusque là. Initialement, seuls 4 territoires devaient être récompensés ce mois-ci, ce qui a mené à beaucoup de spéculation.

Pendant plus de 24h, tous les porteurs du projet se sont demandés s’il fallait prendre cette information au mot ou attendre l’annonce officielle. Beaucoup d’élus des territoires concernés avaient déjà félicité leur ville le soir-même ou le lendemain. Et le gouvernement ne voulait ni confirmer, ni infirmer l’information.

Challenges fait accélèrer (un peu) l’annonce officielle des résultats

L’article de Challenges a au moins eu le mérite d’un peu accélérer la communication de la mission French Tech. Initialement prévus le 12 juin, les résultats avaient été repoussés, sans que personne ne sache quand ils seraient dévoilés, ni la raison de ces délais. Face aux demandes répétées, l’annonce des nouvelles villes French tech a été ajoutée à l’agenda des ministres. Mais à une heure bien tardive pour les entrepreneurs français.

Cette deuxième vague de résultats, après les 9 villes primées en novembre 2014, était particulièrement scrutée car aucune ville ne devait être de nouveau labellisée avant 2018. Sur ce point aussi Axelle Lemaire est revenue sur sa position, puisqu’elle a dit que de nouveaux dossiers seraient acceptés à l’automne 2015. Une nouvelle chance pour les six recalés (Annecy, Toulon, Limoges, Besançon, Loire et Poitou-Charente). Le 12 juin, François Hollande lui même devançait le gouvernement dans ses annonces et profitait d’un déplacement à Angers pour leur annoncer la bonne nouvelle. Il n’avait pas précisé qu’il s’agirait d’une labellisation thématique.

Le label French Tech récompense les éco-systèmes hors de Paris favorables aux entreprises numériques et vise à les mettre en réseau. Il donne aussi accès un fonds d’investissements de 200 millions d’euros auprès de la Banque publique d’investissement (BPI). L’État français investit également 15 millions d’euros pour promouvoir cette marque à l’international.

Author : Jean-François GERARD pour Rue89Strasbourg