Pourquoi il faut soigner le design des objets connectés

L’esthétique des produits technologiques compte de plus en plus à l’heure du choix. Mais certaines nationalités y semblent plus sensibles que d’autres, révèlent une enquête de GFK. L’âge compte aussi.

Si les start-up françaises, comme Withings, Netatmo, Lima, Io Technology ou américaines, comme Apple bien sûr mais aussi Fitbit, Nest ou récemment Google avec son routeur Onhub, soignent autant le design de leurs produits, ce n’est pas un mauvais calcul.

33 % des consommateurs considèrent l’apparence et le style des objets technologiques comme très importants, alors qu’ils ne sont que 9 % à penser que cela ne compte pas, révèle une enquête de GFK réalisée dans 22 pays auprès de 26 000 personnes âgées de 15 ans, durant l’été 2014. Des résultats à moduler selon les pays.

SÉDUIRE LES ADOS FRANÇAIS

L’étude révèle en effet que les Turcs, les Mexicains et les Brésiliens seraient beaucoup plus sensibles à l’esthétique que les Suédois, les Belges ou les Allemands, qui seraient ceux qui y attachent le moins d’importance.

La France, quant à elle, cache une perception contrastée. Si globalement elle se situe dans les pays qui sont le moins sensibles au design, avec seulement 22 % très sensibles et 13 % qui s’y intéressent peu, ses ados accordent au design une très forte importance. Après les jeunes Turcs, 46 % des 15-19 ans considèrent le design clé dans leur critère d’achat.

Author : Aurélie BARBAUX pour L’Usine digitale

000303661_illustration_large