Reims : culinaire ou industriel, le design n’est pas que beau

Reims : culinaire ou industriel, le design n’est pas que beau

Reims. C’est avec les ordinateurs d’Apple que l’importance du design dans le développement d’une entreprise s’est imposé comme une évidence. Un enjeu valable à tous les échelons. « Nous avons une responsabilité par rapport à notre territoire : faire connaître le design auprès des entreprises et de l’ensemble de la société », a relevé Claire Peillod, directrice de l’École supérieure d’art et de design (ESAD) de Reims, lors des quatrièmes Rencontres design et entreprises organisées ce jeudi. Esthétique, utilité et finalité économique : un triptyque déroulé à travers plusieurs thèmes, devant une soixantaine de représentants du monde économique.

Tellement banal et quasi-éternel, le banc pliant qui équipe toutes les collectivités. Il a, par exemple, été totalement repensé par un jeune diplômé de l’ESAD, Amaury Tavernier, aujourd’hui chef de projets pour le studio de l’architecte Victoria Wilmotte à Paris. Son banc pèse 7,5 kilos au lieu de 16, les matériaux sont plus résistants à l’extérieur et son coût de fabrication est moins élevé.

Lire la suite après l’image …

181120151037

Démarchée par Ikea

Autre coup de projecteur, celui donné par Véronique Maire, titulaire de la première chaire de design dans une École supérieure d’art française, l’IDIS (Industrie, design et innovation sociale). Elle s’est associée avec une dizaine d’entreprises des Ardennes, toutes situées dans un rayon de 30 km : fonderies, fabricants de mobiliers de cuisine et de salle de bain, logisticien, imprimeur, marketing… Cette recherche centrée sur la pratique a même valu à « l’une des entreprises d’être démarchée par Ikea car elle a développé un savoir-faire dans les cuisines qui la rendait aussi moins cher que celles du groupe suédois ».

Enfin, l’ESAD de Reims, qui figure avec Paris et Saint-Etienne dans le trio de tête en matière de design, a bien sûr présenté ses deux grandes spécialités : le design culinaire, qui lui vaut des partenariats de renom avec la gastronomie, l’industrie alimentaire et les institutions culturelles ainsi que le design végétal. L’occasion, pour un de ses diplômés, de présenter un abreuvoir/récolteur d’eau propre pour les oiseaux franchissant les grandes plaines céréalières de la Champagne-Ardenne. Objet réalisé avec des artisans de la région.

Author : Catherine DAUDENHAN pour l’Est Républicain