Accueil » Revue de presse » Résidence de designer au PAMA – Bruno ACCHIONE, Designer, Agence AB design LAB

Résidence de designer au PAMA – Bruno ACCHIONE, Designer, Agence AB design LAB

Tout d’abord parlons de vous, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai un parcours quelque peu chaotique. Un Bac D à l’Ecole Alsacienne à Paris, quelques années en médecine, diplômé de l’ENSCI Les ateliers, j’ai travaillé pour Matali Crasset pour un temps, chez ISAO HOSOE DESIGN à Milan pendant 1 an, freelance pendant 5 ans, 2 ans dans la StartUp CYTALE, 8 ans pour Steelcase, Enseignant chercheur à la faculté de Strasbourg aujourd’hui gérant de l’agence AB design LAB et adhérent du collectif IDEE. Toutes ces expériences, en plus d’un DEUG en Psychologie m’ont amené une appétence pour l’observation de mon entourage, comprendre les gens et leur comportement lié à leur environnement. Au sein de notre agence, nous aimons comprendre et comprendre le pourquoi des choses est indispensable. Concevoir, dessiner des produits, réaliser du design d’identité mais aussi du designer prospectif – imaginer les objets de demain liés à l’évolution des comportements et de la société – est aujourd’hui notre quotidien à l’agence.

PAMA a développé sa résidence de designers et vous êtes coordinateur de cette action, quel est l’intérêt pour un industriel de faire appel à ce réseau de designers ?

Au sein du programme du PAMA le design c’est tout d’abord faire le lien entre, une communication et une volonté forte du PAMA de fédérer des entreprises créatrices de produits avec des programmes ambitieux qui répondent ou répondront à différents besoins sociétaux et politiques.
En Europe on se pose la question de comment faire avancer le design, en France on se pose la question de qu’est-ce que le design ? C’est ce que nous cherchons à changer.
Aujourd’hui, les entreprises comprennent qu’une belle idée, un bel objet ne suffisent pas. Elles doivent trouver une place forte au sein du marché, répondre à de vrais usages de consommateurs, leur apporter une réelle expérience et au delà de l’innovation, pouvoir s’affirmer sur le marché par une réelle différenciation.
Le stylisme s’attache à travailler à la surface des objets et le design travaille davantage sur un système de paramètres plus larges autour de l’objet : les services, la communication, les usages, l’utile, le futur, le beau, l’identité, la cohérence et bien d’autres choses encore.

Aujourd’hui le stylisme apporte une réponse à court terme et les entreprises ont besoin de pérennité, d’une vision à long terme.
Faire appel à un bon designer, c’est un pas indispensable à franchir et avec le PAMA, le design fait aussi le lien entre l’action de recherche des projets ambitieux et la réalité, le besoin de fabrication, de réalisation industrielle et commerciale des entreprises.
Le design amène une cohérence, un regard extérieur qui permet aux entreprises de créer leur différenciation et d’asseoir leur image à travers les produits qu’elles créés.

Enfin, comment se déroule l’accompagnement des entreprises et sur quels aspects se porte-t-il ?

Au sein du programme du PAMA le design c’est d’abord comprendre les personnes que je rencontre et leur environnement. Leurs idées, leurs problématiques, leurs envies.
L’accompagnement consiste d’abord à comprendre les enjeux du programme retenu. Dans un deuxième temps, il faut rencontrer chaque dirigeant d’entreprise pour comprendre leurs intentions, leur volonté, les valeurs qu’il faut atteindre pour valoriser l’entreprise à travers une action telle que celle du designer. Une fois le compte rendu établi avec l’entreprise nous pouvons alors commencer le projet.
C’est là que nous nous attaquons au véritable enjeu de répondre le plus justement possible à une requête. Notre rôle, en tant que designer est aussi de jouer les perturbateurs pour remettre en question l’entreprise. Mais nous n’oublions pas qu’il faut aussi comprendre les contraintes auxquelles nous devons faire face et aussi y répondre.

Author : PAMA, pôle aménagement de la maison d’Alsace

180620151031

Vignette de l’article : Bruno Acchione – Crédit photo NC