Accueil » Revue de presse » 1000 scientifiques appellent à la désobéissance sur le climat (i)

1000 scientifiques appellent à la désobéissance sur le climat (i)

Plus de 1 000 scientifiques viennent de signer une tribune dans le Monde pour appeler à la désobéissance civile. Face à l’urgence climatique, ils appellent ainsi à rejoindre des mouvements comme Extinction Rebellion, qui bloque actuellement des sites de Lafarge pour dénoncer la pollution du BTP, et demandent à l’État de « dire la vérité » : « notre mode de vie actuel et la croissance économique ne sont pas compatibles », écrivent-ils.

 

  … Ceci est un article de Marina Fabre publié le 20 février 2020 pour Novethic

 

« La prochaine décennie sera décisive pour limiter l’ampleur des dérèglements à venir. Nous refusons que les jeunes d’aujourd’hui et les générations futures aient à payer les conséquences de la catastrophe sans précédent que nous sommes en train de préparer et dont les effets se font déjà ressentir ». Dans une tribune publiée ce jeudi 20 février dans Le Monde, plusieurs centaines de scientifiques, de toutes disciplines, appellent à la désobéissance civile face à l’urgence climatique.

« Nous appelons à participer aux actions de désobéissance civile menées par les mouvements écologistes, qu’ils soient historiques (Amis de la Terre, Attac, Confédération paysanne, Greenpeace…) ou formés plus récemment (Action non-violence COP21, Extinction Rebellion, Youth for climate) », écrivent les scientifiques dans cette tribune initiée notamment par Agnès Ducharne, climatologue au CNRS-institut Pierre-Simon-Laplace et l’astrophysicien Frédéric Boone.

Après avoir énoncé les conséquences du réchauffement climatique, de la sixième extinction de masse liée à la disparition des espèces à l’augmentation des températures en passant par la pollution plastique, les scientifiques ont demandé aux pouvoirs publics « de dire la vérité concernant la gravité et l’urgence de la situation : notre mode de vie actuel et la croissance économique ne sont pas compatibles avec la limitation du dérèglement climatique à des niveaux acceptables ».

 

Des petites actions qui bloquent Lafarge

Cette tribune intervient alors que les activistes écologistes d’Extinction Rebellion bloquent toujours un site du cimentier Lafarge à Pantin pour dénoncer la pollution du BTP. Une action qui intervient dans le cadre de l’opération « Fin de chantiers » commencée le 17 février. Plus de 400 « rebelles » avaient ainsi bloqué lundi les sites du cimentier à Paris et celui de Cemex à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), tous deux voisins en bord de Seine, avant de se diriger vers Pantin. Ils sont désormais une poignée de militants, vingt tout au plus, à bloquer une barge d’approvisionnement de sable sur le site.

« On a décidé de faire des petites actions sur le long terme qui peuvent impacter économiquement Lafarge », explique Franck de XR, « On vient de lancer un appel en interne pour trouver des volontaires et bloquer d’autres barges », avance le militant. Pour l’instant, Lafarge n’aurait pas fait intervenir la police sur son site. « Ils ne veulent pas contribuer au buzz. Et c’est compliqué pour des policiers d’intervenir sur les barges parce qu’ils devront porter les militants, sur le sable, les faire sortir des barges, etc », résume Franck. Ce mouvement, pacifiste, de désobéissance civile, dénonce la pollution du BTP et due à l’extraction des ressources en sable.

 

 

Cet article a été sélectionné par designer.s dans le cadre de sa veille éditoriale et intégré à sa revue de presse européenne francophone !

Pertinence et intérêt de l’article selon designer.s :

***** Exceptionnel, pépite
**** Très intéressant et/ou focus
*** Intéressant
** Faible, approximatif
* Mauvais, très critiquable
(i) . Informatif