Accueil » Revue de presse » *** [Design graphique] Face aux abus, pour une modification de la loi sur le mécénat de compétence

*** [Design graphique] Face aux abus, pour une modification de la loi sur le mécénat de compétence

Nous, designers graphiques indépendants·es ou membres de collectifs, directeurs·rices d’écoles d’art et responsables institutionnels, constatons que de plus en plus d’institutions culturelles ont recours à des grandes entreprises de communication et de publicité, via le mécénat de compétence. « Cet usage encourage les institutions culturelles à contourner les règles d’appels d’offres prévues par le code des marchés publics. Elle permet aux agences de décrocher la commande sans aucune mise en concurrence, ni concours, ni cahier des charges précis. »

 

Ces grandes entreprises que sont notamment les agences de publicité n’ont auparavant que très rarement investi le terrain de la culture. Elles considéraient que le secteur n’était pas assez rentable au regard de l’investissement en terme de travail, et qu’il n’y avait sans doute pas assez d’enjeux à valoriser dans ce domaine. Il faut dire que le secteur ne comptait pas (ou peu!) d’alliés au sein des institutions culturelles,

à savoir des personnes réceptives à la méthodologie marketing employée par les agences. Ainsi, le domaine culturel est longtemps resté le terrain d’activité des créateurs indépendants et des petites structures, soucieux de construire, minutieusement et sur le long terme, un travail de qualité, issu d’une attention respectueuse portée au sujet et au public. La commande institutionnelle et culturelle a donc permis une viabilité économique à tout un tissu professionnel de créateurs. L’investissement de ces professionnels, travaillant à une échelle modeste, sur ce terrain spécifique est porté en priorité par une exigence de qualité et une certaine responsabilité sociale.

Aujourd’hui le contexte est différent, les événements s’accélèrent : les institutions culturelles sont obligées de compenser la baisse de leurs budgets de fonctionnement et de trouver des mécènes afin de pallier le désengagement financier de l’État. Une loi, portée en 2003 par le ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon, dite « loi Aillagon », encourage le mécénat des entreprises vers les institutions culturelles. Grâce à ce texte, une société privée peut bénéficier d’un crédit d’impôt de 60% de la somme investie. Cette loi, appliquée dans un certain contexte, n’est pas forcément mauvaise mais des abus récents, aux conséquences désastreuses pour le public et les professionnels (notamment les graphistes), doivent être aujourd’hui dénoncés.

[…].

 

 

Vignette de l’article : Logo Médiapart

 

En 2019, après 4 années de revue de presse, designer.s héberge uniquement les articles notés/classés 5***** étoiles « Exceptionnel/ pépite » ainsi que certains contenus informatifs (i) et exceptionnellement 4****. Pour les autres articles, les liens vers les articles sources permettent d’accéder aux contenus complets. Merci pour votre fidélité et bonne lecture !

Pertinence et intérêt de l’article selon designer.s :

***** Exceptionnel, pépite
**** Très intéressant et/ou focus
*** Intéressant
** Faible, approximatif
* Mauvais, très critiquable
(i) . Informatif