Accueil » Revue de presse » Dubaï se rêve en capitale du design mondial

Dubaï se rêve en capitale du design mondial

Après le pétrole, le tourisme, le commerce et la finance, la ville veut se positionner comme un acteur incontournable du design, avec en ligne de mire l’exposition universelle de 2020.

L’ambition de Dubaï est à la hauteur de sa démesure architecturale. En à peine plus d’une décennie, la ville s’est hissée aux premiers rangs des destinations touristiques, commerciales, financières et même artistiques de la planète – Christie’s et Sotheby’s y tiennent régulièrement des enchères et chaque mois de mars se tient la foire Art Dubai, la plus importante pour l’art contemporain dans cette région du monde. A présent, c’est en capitale du design qu’elle se rêve. «La Dubai Design Week est notre façon de témoigner de l’importance grandissante de ce secteur pour la ville, à un niveau économique mais aussi culturel», explique Cyril Zammit, le directeur de cette semaine d’expositions, installations en plein air et discussions publiques dédiées à la discipline et dont la première édition s’est déroulée à la fin du mois d’octobre.

Présenté en marge de cette manifestation, le MENA Design Outlook – réalisé par le cabinet de conseil en stratégie Monitor Deloitte et commandité par le Dubai Design & Fashion Council, l’organe de promotion du design et de la mode émiratis – montrait quant à lui, chiffres à l’appui, l’importance phénoménale prise ces cinq dernières années par ce secteur pour la région MENA (Moyen-Orient/Afrique du Nord). Le rapport révèle ainsi que la valeur totale du marché du design pour les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Qatar, l’Egypte et le Liban a dépassé les 100 milliards de dollars en 2014 et que sa croissance ces quatre dernières années a été deux fois plus rapide que celle de l’industrie globale. Plus importants contributeurs du secteur, les Emirats arabes unis ont à eux seuls totalisé l’année dernière 27,6 milliards de dollars de revenus. L’industrie devrait – d’après les projections de l’étude – continuer à se développer selon une cadence moyenne de 6,5% par an pour, à l’horizon 2019, atteindre 147,5 milliards de dollars (soit 5,3% du marché global du design, cette part étant aujourd’hui de 4,4%).

Lire la suite après l’image …

121120152226

Pétrole épuisé

A l’origine, la ville n’était qu’un poste de traite dont les perles étaient la seule richesse. Ce n’est qu’après la découverte de pétrole dans les années 60 que tout change. «Dubaï est passée directement, en moins de trois décennies, du village à la ville-monde, du trafic de perles à l’économie virtuelle, ou encore des toits de palmes – la première maison en dur y date de 1956 – aux tours les plus hautes du globe, sans les crispations de la transition et les doutes d’une lente mise au monde», explique l’historienne des idées François Cusset dans son essai Questions pour un retour de Dubaï.

Aujourd’hui, les réserves dubaïotes d’or noir sont écoulées, mais la ville a su anticiper la suite. «Paradoxalement, le principal atout de Dubaï, c’est la maigreur de ses réserves de pétrole offshore, aujourd’hui épuisées, écrit l’ethnologue, sociologue urbain et historien américain Mike Davis dans Le stade Dubaï du capitalisme. Avec son minuscule arrière-pays dépourvu de la richesse géologique du Koweït ou d’Abu Dhabi, Dubaï a échappé à la pauvreté en adoptant la stratégie de Singapour et en devenant le principal centre du commerce, des finances et des loisirs dans le Golfe.» La date butoir que les autorités se sont fixée pour que la reconversion de l’économie soit totale est 2020. A cet horizon, le PIB de l’émirat devrait en majorité provenir des activités financières, commerciales et touristiques ainsi que des revenus générés par les industries créatives.

Capitale innovante

2020, c’est aussi l’année durant laquelle l’émirat accueillera l’Exposition universelle, après Milan cette année. Une occasion unique pour la ville d’exercer son «soft power» en montrant au monde entier que ses compétences ne se limitent plus uniquement à la finance mais qu’elles touchent à présent à des territoires divers et variés, comme les nouvelles technologies ou le design. «Durant l’Expo 2020, les projecteurs de la planète entière seront braqués sur Dubaï, se réjouit Nez Gebreel, la directrice du Dubai Design & Fashion Council. Nous pourrons alors savourer le succès de l’ambitieuse stratégie mise en place des années durant par le gouvernement pour faire de la ville l’une des plus innovantes du monde.»

«Design district»

Pour préparer le terrain, Dubaï se doit d’anticiper l’Exposition universelle, comme elle avait su anticiper l’ère post-pétrole. Hormis les zones franches où se retrouvent – par spécialité – les principaux acteurs mondiaux de la santé (Dubai HealthCare City), des médias et de l’informatique (Dubai Media City et Dubai Internet City) ou encore de la recherche biotechnologique (Dubiotech), la ville a su trouver sa place sur l’échiquier mondial de l’art en organisant chaque mois de mars depuis déjà dix ans Art Dubai. Il lui fallait renforcer encore son pôle design afin de devenir l’une des capitales globales de la discipline d’ici à cinq ans.

C’est dans ce but que la ville s’est dotée de deux nouvelles entités qui viennent s’ajouter aux deux foires du meuble (Design Days Dubai et Downtown Design) qui existent déjà depuis trois ans. La première de ses initiatives est donc la Dubai Design Week, ce salon annuel –dont la première édition s’est tenue fin octobre – qui a pour ambition de s’inscrire dans le calendrier annuel des rendez-vous incontournables de la planète design. La seconde consiste en un «design district» comme on en trouve à Bruxelles, Londres, Milan ou Miami.

Intitulé D3, ce méga-projet en est encore au stade du chantier. Conçu par le bureau d’architecture Foster + Partners, il sera constitué de 11 buildings qui devraient accueillir d’ici à 2018 près de 10 000 professionnels du design et de la mode, qu’il s’agisse de producteurs, revendeurs, marques et créateurs. Un an plus tard, en 2019, sera inaugurée la phase résidentielle de ce nouveau quartier, des appartements tout confort idéalement situés le long des 1,8 kilomètre de bord de mer.

Author : Catherine COCHARD pour Le Temps