Accueil » Revue de presse » « Il ne faut pas croire au design en tant que recette », prévient Ruedi Baur

« Il ne faut pas croire au design en tant que recette », prévient Ruedi Baur

Ruedi Baur, designer spécial dans l’espace public, était parrain de la promotion 2016 bac+5 de l’École de design Nantes Atlantique. Lors d’une courte interview vidéo à destination des étudiants, il en profite pour exposer son point de vue sur le design d’aujourd’hui et sa nécessaire remise en question.

« Il ne faut pas trop croire au design en tant que recette, mais en tant qu’attitude, prévient d’emblée Ruedi Baur, designer spécialisé de l’espace Public dans une interview accordée à l’Ecole de design de Nantes Atlantique. Nous avons à revisiter totalement nos méthodes, notre manière d’approcher, comme nous avons à revisiter la société en général. »

Le design, une attitude à revisiter

Selon Ruedi Baur, « ce n’est pas la recette du design qui peut transformer la société, c’est la revisite et l’adaptation de cette attitude qu’est le design à ces nouvelles problématiques qui seront justes et qui permettront à cette nouvelle génération de designers de répondre correctement à tous les besoins, et ils sont multiples, que notre société a, soit industriels mais aussi de ce qui n’est pas de l’ordre de la consommation. »

Penser l’immatériel

Le design spécialisé dans l’espace public vit une évolution mouvementée, dont la tendance actuelle principale est « que l’on commence à se préoccuper de plus en plus de l’immatériel, du service, du process, de la manière de faire avancer quelque chose plutôt que de prendre l’objet lui-même. Ces questions de process, de travail commun, de partage, sont des questions nouvelles et qui elles-aussi demandent une reconsidération de nos méthodes. »

Tout n’est pas beau

Mais pas d’angélisme chez Ruedi Baur. Au contraire, il déclare faire partie « des designers qui essaient de ne pas être dans l’euphorie.» Selon lui, pour que le design arrive à murir, il est important que les designers « ne soient pas uniquement à dire que tout est beau, que tout est réussi et que le design va tout sauver. » L’heure est à la remise en question du designer.

Author : Aurélie BARBAUX pour http://www.industrie-techno.com/