Accueil » Revue de presse » La 10e Biennale dévoile ses promesses

La 10e Biennale dévoile ses promesses

« Working promesse » est le thème de la Biennale internationale de design 2017, avec les mutations au travail comme toile de fond.

L’événement stéphanois fêtera sa dixième édition du 9 mars au 9 avril 2017. A moins d’un an du coup d’envoi de l’événement, le voile se lève sur la programmation avec les premiers grands noms de commissaires invités par Olivier Peyricot, directeur scientifique de la Biennale et directeur du Pôle recherche de la Cité du design. Cette dixième édition proposera six grandes expositions pour un parcours sur le site de la Cité du design.

Existences futures, le futur du travail

Les auteurs de science-fiction Alain Damasio et Norbert Merjagnan, en collaboration avec l’artiste et architecte, Didier Fiuza Faustino, ont imaginé pour cette Biennale une exposition qui devrait transporter le visiteur dans un voyage dans le futur, là où le travail est tout autre. Sur un espace de 1 000 m² et au travers de récits et d’objets, l’exposition plongera le visiteur dans ce que pourrait devenir le travail, des hypothèses les plus probables aux plus lointaines avec des interrogations sur la place du corps dans ses dimensions physiques, sociale et politique, et la place de l’Homme dans un monde saturé de technologies.

L’utopie du partage avec les tiers-lieux

La Biennale 2017 s’intéressera également à la vie des tiers-lieux (comme les espaces de coworking, Fablab, ateliers et habitats partagés…). Le collectif RDC proposera une exposition didactique pour faire un point sur l’originalité du rapport qu’entretiennent ces lieux alternatifs à l’organisation du travail. Pour se faire, le collectif de designers sera embarqué pendant 10 mois au sein de tiers-lieux sur le territoire stéphanois et national afin d’observer et restituer leur expérience au public.

Coparticipation et design dans l’espace public

Les artistes anglais Morag Myerscough et Luke Morgan inviteront les Stéphanois à coproduire des œuvres originales et colorées. Repères visuels, points de rencontres ou d’informations, les créations du duo d’artistes envahiront l’ensemble de la ville pour une atmosphère dynamique et festive. La Biennale sortira ainsi des murs de la Cité du design pour s’inviter dans l’ensemble de la ville.

Source : http://www.leprogres.fr/

Vignette de l’image : Avec Morag Myerscough et Luke Morgan, la Biennale 2017 devrait s’inviter dans toute la ville de Saint-Étienne. Ils avaient réalisé le Temple of Agape (notre photo) en 2014. Photo Gareth GARDNER

+CRSD+