Accueil » Revue de presse » *** Le design en appui du corps humain

*** Le design en appui du corps humain

Des créateurs imaginent des objets beaux, usuels et connectés destinés à améliorer la qualité de vie, voire la santé, de ses utilisateurs. […].

Le Salon du meuble de Milan (Italie) sera-t-il bientôt délaissé par les designers au profit de foires comme le Consumer Electronics Show, qui s’est tenu à Las Vegas (Nevada) en janvier ? C’est ce que pouvait laisser penser la première exposition « New Old » présentée par le Musée du design, à Londres, lors de sa réouverture en 2017. Une exposition abordant le thème de nos corps qui vieillissent, présentant des projets inédits, et soulignant le rôle du design dans la technologie.

Yves Béhar, designer suisse installé depuis vingt ans à San Francisco (Californie) et fondateur de l’agence Fuseproject, y dévoilait ainsi Superflex Aura, une combinaison aux lignes fuselées composée de « muscles électriques » conçus pour soutenir notre torse, nos hanches et nos jambes, et donner ainsi une impulsion à nos mouvements lorsque l’on se lève, s’assoit ou reste droit. Un « vêtement-soutien » en cas de masse musculaire momentanément affaiblie ou pour maintenir la mobilité des personnes malades ou vieillissantes.

Un marché à développer

La combinaison Superflex Aura est visible, et ce jusqu’au 3 septembre, au Cooper-Hewitt, Smithsonian Design Museum de New York, dans le cadre de l’exposition « Access + Ability ». Celle-ci présente soixante-dix objets de créateurs qui travaillent sur l’idée d’un design évolutif, pensé à la fois pour les personnes handicapées comme pour tout un chacun.

« Nous ne stigmatisons pas les personnes qui portent des lunettes, c’est maintenant devenu un accessoire de mode. Pourquoi ne pas étendre ce concept à d’autres “déficits” physiques ? » Jeremy Myerson, professeur en design et innovation
Précurseurs, ces designers d’un genre nouveau en sont convaincus : il existe un marché qui ne demande qu’à se développer, celui d’objets connectés à la technologie, usuels, beaux, non médicaux et destinés à prendre place dès maintenant dans notre quotidien. Leur but : augmenter les capacités et les défenses de notre corps […].

« Outre-Atlantique, les designers manient la technologie comme un matériau malléable »

Selon le designer Yves Béhar, la technologie ne sera plus seulement l’affaire d’ingénieurs ou de laboratoires de recherche, mais de spécialistes issus de tous les secteurs, dont le design…

Le designer suisse […] redessine chaque jour un peu plus les limites du design, évoluant dans cette zone hybride entre technologie, recherche et développement.

Le fait que le design s’intéresse de près à la technologie est un fait récent en Europe. Est-ce différent aux Etats-Unis ?

J’ai été élevé à l’école européenne du design, fortement imprégnée par la décoration d’intérieur et la conception de meubles. Mais sur la Côte ouest des Etats-Unis, dans la Silicon Valley, les designers travaillent désormais sur un matériau aussi malléable que le textile ou le bois : la technologie. Il faut savoir manier cette matière pour la mettre réellement au service de son utilisateur et de la résolution de ses problèmes, ce qui reste le rôle premier du designer. Ici, depuis une dizaine d’années, la place du design est devenue centrale dans la technologie : celle-ci n’est plus le seul fait d’ingénieurs ou de laboratoires de recherche, mais au contraire d’équipes à la vision humaniste, composées de spécialistes issus de tous les secteurs, dont le design. Ainsi, nous avons travaillé avec le pédiatre Harvey Karp sur le design du projet Snoo, un berceau connecté qui détecte les pleurs et les mouvements du bébé, et déclenche un doux balancement pour le bercer.

A Londres, l’exposition « New Old » a développé l’idée d’un design travaillant à un corps humain « augmenté ». Est-ce une vision qui vous stimule ?

Ce n’est pas forcément une idée nouvelle, elle a été très exploitée par la science-fiction, mais avec, en arrière-plan, l’idée de performance, engendrée par un squelette extérieur. Dans le cas de notre projet Superflex Aura présenté à l’exposition, ce n’est pas une technologie externe qui transforme le corps humain. Ce sont des sous-vêtements, intégrés sous notre tenue de tous les jours, qui stimulent et entraînent le corps […].

[…]

Auteur : Anne-Lise Carlo pour Le Monde

Vignette de l’article : La combinaison Superflex Aura. | Crédits photo FUSE PROJECT

 

Pertinence et intérêt de l’article selon designer.s !

***** Exceptionnel, pépite
**** Très intéressant et/ou focus
*** Intéressant
** Faible, approximatif
* Mauvais, très critiquable
(i) . Informatif