Accueil » Revue de presse » *** Les grands groupes font les yeux doux aux freelances

*** Les grands groupes font les yeux doux aux freelances

Les multinationales n’hésitent plus à recruter des indépendants pour des projets spécifiques. Cette tendance est encore appelée à se développer, selon la plateforme Crème de la Crème.

Mieux vaut tard que jamais… Les grandes entreprises en France commencent -enfin- à avoir recours à des freelances pour certains de leurs projets. Il existe aujourd’hui dans l’hexagone environ 900 000 travailleurs indépendants. Ce chiffre a explosé de près de 130% en une décennie. Cette hausse pour le moins spectaculaire ne permet toutefois pas à notre pays de rattraper le retard accumulé sur les pays anglo-saxons en général et sur les Etats-Unis en particulier.

    …  Ceci est un article de Frédéric Therin pour INfluencia

De l’autre côté de l’Atlantique, 35% de la population active, soit environ 55 millions de personnes sont considérés comme des freelances, selon le syndicat Freelanceers Union. La législation locale classifie, certes, dans cette catégorie tous les adultes qui possèdent leur propre entreprise comme les médecins et les avocats mais il apparaît très clairement que les grandes sociétés américaines ont de plus en plus recours à des indépendants pour accomplir certaines missions spécifiques. Cette année, les entreprises qui figurent au classement Fortune 500 affirment ainsi confier aux freelances, 26% de projets de plus que l’année dernière, selon une étude de l’Oxford Internet Institute. Ce phénomène s’explique…

Une source de talents inépuisable

Faire appel aux indépendants permet, tout d’abord, de s’abreuver à une source illimitée de talents et d’expertises. « Les grands groupes peuvent piocher dans un pool de compétences énorme et trouver des experts dans des sujets de pointe que leurs salariés ne maîtrisent pas forcément », souligne Alexis Minchella, Content Manager chez Crème de la Crème, une plateforme créée il y a tout juste trois ans qui comprend déjà 30 000 freelances en France.

Ces « bourses du travail » 2.0 permettent aussi aux compagnies de n’avoir plus aucune limite géographique lorsqu’elles recherchent une compétence sur un marché spécifique. Pour faire une étude de marché sur les énergies renouvelables en Chine ou la grande distribution en Côte d’Ivoire, un employeur peut désormais trouver en quelques clics des experts locaux qui seront ravis de travailler pour son compte.

Travailler vite et bien

Les freelances cumulent aussi le triple avantage de coûter bien moins cher qu’un CDI ou qu’une agence et de travailler vite et bien. « Ces personnes ont l’habitude de sélectionner les projets qui les intéressent et elles ne perdent pas de temps pour réaliser les missions qu’on leur demande », se félicite Alexis Minchella.

Dans une étude du fabricant de logiciel Mavenlink, 79% des dirigeants confiaient ainsi que collaborer avec des indépendants représentait un avantage compétitif pour leur compagnie, citant l’agilité comme premier bénéfice. Si les employeurs semblent chaque fois plus intéressés de collaborer avec des freelances, les salariés sont, eux aussi, davantage enclins à se mettre à leur propre compte pour se libérer de l’organisation hiérarchique souvent trop lourde qui continue de freiner les multinationales.

Le meilleur est à venir

« Nos études montrent que 90% des indépendants ont choisi de se mettre à leur propre compte », note Alexis Minchella « Ces personnes savent qu’elles ont une expertise qui est recherchée par les entreprises et elles prennent la décision de switcher en quittant leur CDI. Nous avons ainsi sur notre plateforme cette jeune femme de 29 ans qui a quitté Facebook au bout de deux ans pour devenir freelance spécialisée dans la publicité sur Facebook. C’est le profil type de personnes qui sont recherchées par les grandes entreprises. Pour bien vivre de son métier, un indépendant doit toutefois être expert dans un secteur bien précis et être excellent dans son domaine ».

Une jolie niche bien douillette permet de profiter d’une belle vie professionnelle. « Les projets types qui sont proposés sur notre plateforme se négocient pour un montant proche de 1400 euros », calcule le Content Manager de Crème de la Crème « La durée pour accomplir ce genre de mission peut varier de un jour à une semaine. Pour les grandes entreprises, nous avons aussi pris l’habitude de mettre en place des équipes de freelances. Lorsque le groupe hôtelier Accor, par exemple, a fait appel à nous pour créer une application, nous avons réuni plusieurs développeurs ainsi qu’un designer et un responsable de contenus qui ont travaillé près de quatre mois sur ce projet. 65% des indépendants travaillent à distance avec leurs clients ». Cette nouvelle forme de travail est appelée à se développer dans les années à venir. « Des plateformes comme la nôtre sont encore rares en France et en Europe » , remarque Alexis Minchella, « mais quand on voit l’importance des freelances aux Etats-Unis, on comprend que notre marge de croissance est énorme ».

 

Cet article a été sélectionné par designer.s dans le cadre de sa veille éditoriale et intégré à sa revue de presse européenne francophone !

Pertinence et intérêt de l’article selon designer.s :

***** Exceptionnel, pépite
**** Très intéressant et/ou focus
*** Intéressant
** Faible, approximatif
* Mauvais, très critiquable
(i) . Informatif