Accueil » Revue de presse » *** Quel design pour l’IA ?

*** Quel design pour l’IA ?

Avec l’intelligence artificielle, les machines vont nous servir plus que nous nous en servirons. Un défi considérable pour les designers, car cela oblige à abandonner un registre d’interactions prédéfinies pour concevoir des relations « indéterminées ».

L’ intelligence artificielle (IA) ouvre des enthousiasmes et des craintes. Les potentiels et les conséquences de ces technologies qui permettent une autonomie décisionnelle des machines sont importants sur nos vies.

  …  Ceci est un article de Jean-Louis Fréchin pour Les Echos

L’IA va bouleverser les relations entre l’homme et la machine. Les traitements logiciels, les véhicules autonomes et les assistants à commande vocale ouvrent déjà des promesses d’objets et d’usages nouveaux. Désormais, les machines vont nous servir plus que nous nous en servirons. Cette mutation est accompagnée de fictions sur l’effacement des technologies au profit d’interfaces « naturelles » et « mimétiques » qui nous permettraient, selon leurs promoteurs, de gagner du temps.

 

Intelligence artificielle : la course aux talents

A ce titre, les paradigmes habituels du design (né lors de la seconde révolution industrielle pour bâtir les relations entre les formes et les fonctions des objets produits en série), puis du logiciel, ne sont plus adaptés. Nous allons en effet quitter le registre d’interactions prédéfinies basées sur la commande et le contrôle de la machine par un humain pour rentrer dans un registre de relations « indéterminées », grâce à la compréhension du contexte par les machines et au déclenchement d’actions pour répondre à un objectif.

On passe ainsi d’un design d’adaptation de l’homme à la machine à une adaptation de la machine à l’homme . Le designer ne concevra plus des formes, des fonctions et des interactions, mais des comportements, des aptitudes et des relations, c’est-à-dire l’ensemble d’actions et de réactions, mouvements, expressions physiologiques, climat émotionnel pour caractériser ces systèmes techniques.

 

Donner un statut et des représentations

Au-delà de ce rôle de Prométhée, il sera surtout important de montrer et de formaliser la conscience de ce que sont et ce que font ces technologies. En cela, le design doit donner un statut et une représentation à ces technologies, c’est-à-dire les concevoir pour ce qu’elles sont : ni des animaux de compagnie, ni des jouets, ni des majordomes. La formalisation de la conscience de ce qui est en jeu et des risques doit être intégrée par construction.

 

L’intelligence artificielle, prochaine frontière du design

Il s’agit d’une évolution majeure du design. Les méthodes courantes de création centrées sur le consommateur s’en trouvent bouleversées et inefficaces. Nous entrons dans une nouvelle phase d’exploration, d’aventure et de recherches où l’imagination et la raison vont devoir à nouveau fonctionner pour proposer des offres réellement désirables, et spécifiquement européennes dans leurs valeurs.

 

Vignette de l’article : Dessin Fabien Clairefond pour « Les Echos » – « Les Echos »

 

Cet article a été sélectionné par designer.s dans le cadre de sa veille éditoriale et intégré à sa revue de presse européenne francophone !

Pertinence et intérêt de l’article selon designer.s :

***** Exceptionnel, pépite
**** Très intéressant et/ou focus
*** Intéressant
** Faible, approximatif
* Mauvais, très critiquable
(i) . Informatif