Accueil » Revue de presse » *** Saint-Étienne veut diffuser la « pensée design » en France

*** Saint-Étienne veut diffuser la « pensée design » en France

La Biennale du design attend 250 000 visiteurs du jeudi 21 mars au 22 avril, à Saint-Étienne. L’événement est organisé par la Cité du design, qui œuvre en faveur d’une meilleure appropriation du design par les entreprises.

[…].

Trois cents entreprises ont collaboré avec la Cité l’an passé. « Pour la plupart, il s’agit d’une simple initiation », relativise Thierry Mandon. Une poignée de projets a toutefois abouti ces dernières années à l’industrialisation de nouveaux produits (les textiles médicaux Sigvaris et Thuasne, le chocolatier Weiss) ou à l’intégration du design dans l’environnement (les magasins Casino). « C’est peu. Nous citons toujours les mêmes exemples », reconnaît le directeur, pour qui « la démarche design reste avant-gardiste ». En France, « pays d’ingénieurs », du moins.

Cette situation est toujours préférable à celle qui prévalait voilà dix ans, lorsque a été inaugurée la Cité du design, qui a inclus l’École supérieure d’art et design, née au XIXe siècle. La reconversion est couronnée en 2010 par l’intégration de la ville au réseau des villes créatives « design » de l’Unesco.

Mais la Cité reste en partie prisonnière d’une vision très culturelle du sujet. « Le design est encore perçu en France comme la production d’une œuvre, regrette François Caspar, président du syndicat Alliance France Design. Ailleurs, on parle plutôt de « design thinking » (« pensée design »), un processus global de réflexion partant des usages pour aboutir à un produit ou à un service. »

Le design, angle mort de la politique industrielle

Thierry Mandon entend contribuer à rééquilibrer les choses. Au 1er juillet sera créée une filiale commerciale pour accroître les collaborations avec le tissu économique local, en partenariat avec la cinquantaine de designers irriguant déjà le terrain stéphanois. Et au-delà.

« Le design est un levier de développement qui a prouvé localement son efficacité. La Cité doit servir plus largement l’économie française », ambitionne Gaël Perdriau, maire (LR) de Saint-Étienne et président de la métropole, principaux financeurs de l’établissement (8 millions d’euros de budget, 72 % de subventions publiques).

Le chemin est encore long. « Le design reste un angle mort de la politique industrielle française », regrette Thierry Mandon, qui peine à intéresser Bercy aux futurs Assises du design qu’il contribue à organiser, à la demande du ministère de la culture. Pourtant, estime-t-il, c’est l’une des réponses au blues industriel français. « On trouve toujours plus fort que nous pour baisser les coûts, pose-t-il. L’autre levier est de trouver de nouveaux marchés. Mais il faut de bons produits. »

[…].

Lire l’article complet sur le site de La Croix

 

Vignette de l’article : Thierry Mandon, directeur général de la Cité du design. YVES SALVAT/LE PROGRÈS/MAXPPP

 

En 2019, après 4 années de revue de presse, designer.s héberge uniquement les articles notés/classés 5***** étoiles « Exceptionnel/ pépite » ainsi que certains contenus informatifs (i) et exceptionnellement 4****. Pour les autres articles, les liens vers les articles sources permettent d’accéder aux contenus complets. Merci pour votre fidélité et bonne lecture !

Pertinence et intérêt de l’article selon designer.s :

***** Exceptionnel, pépite
**** Très intéressant et/ou focus
*** Intéressant
** Faible, approximatif
* Mauvais, très critiquable
(i) . Informatif